nav-left cat-right
cat-right

The Scorpions

SCORPIONS reste un des groupes les plus emblématiques de hard & heavy rock. A ce jour, ils ont vendu plus de 22 millions d’albums.scorpions

Nom : THE SCORPIONS
Nationalité : allemande
Styles : Heavy Metal, Hard Rock

Labels : Rhino, RCA, Mercury, WEA, Atlantic

Principaux albums : Lonesome Crow (1972), Fly To The Rainbow (1974), In Trance (1975), Virgin Killer (1976), Lovedrive (1979), Blackout (1982), Love At First Sting (1984), World Wild Live (1985), Crazy World (1990) et Face The Heat (1993)

Le groupe SCORPIONS a été formé en 1969 à Hanovre en Allemagne par Rudolph Shenker (né le 31 août 1952). Depuis sa création, il n’a compté pas moins de 13 membres. Les plus importants sont Herman Rarebelle (batterie, 1978-1996), Francis Buchholz (basse, 1974-1996), Matthias Jabs (guitare, 1979-1996), Klaus Meine (voix, 1971-1996) et Rudolph Shenker (guitare, 1971-1996).

SCORPIONS reste un des groupes les plus emblématiques de hard & heavy rock. A ce jour, ils ont vendu plus de 22 millions d’albums. Leur succès est devenu planétaire à partir de mars 1984 avec l’album Love At First Sting et deux titres mémorables: Rock You Like A Hurricane et Still Loving you, un slow ravageur de plus de six minutes.

A la base, le groupe SCORPIONS était composé de Rudolph Shenker (voix et guitare), Karl Heinz Follmer (guitare), Lothar Heimberg (bassiste) et Wolfgang Dziony (batteur). Mais cette formation durera à peine deux ans. Deux nouveaux membres vont faire partie du groupe en 1971: le petit frère du chanteur Rudolph Shenker (Michael Shenker) et un ami du nom de Klaus Meine (né le 25 mai 1952) qui deviendra le chanteur et leader du groupe.

Leur premier album s’intitule Lonesome Crow et sort en 1972. Il passe quasiment inaperçu. Leur musique servira tout de même de bande originale pour le film allemand Das kalte Paradies (Le Paradis froid). La formation va à nouveau changer. Cette fois-ci, c’est Michael Schenker qui quitte le groupe, rejoignant ainsi UFO en 1973, et laissant la place au guitariste Uli Jon Roth. Ce dernier restera jusqu’en 1978 et formera son propre groupe, Electric sun. Mais avant son départ, quatre albums sortiront sous le label RCA: Fly To The Rainbow (1974), le très bon In Trance (1975), Virgin Killer (1976) et enfin Taken By Force (1978). Peu de temps après, en février 1979, sort un double album live intitulé Tokyo Tapes et toujours produit par Dieter DIERKS. En effet, leur popularité est si forte au Japon que le groupe décide d’enregistrer cet album live.

Entre temps, Michael Schenker fait son come-back dans le groupe après avoir été viré d’UFO à cause de son penchant inconsidéré pour l’alcool. SCORPIONS décide également de changer de maison de disque et signe avec Mercury. Lovedrive est leur premier album sous ce label et sort en avril 1979. Malgré une première tournée aux Etats-Unis, le succès n’est pas au rendez-vous, la pochette très suggestive de l’album ne les aidant pas. De plus, Michael Schenker, toujours accro à la drogue et à l’alcool n’est pas présent à tous les concerts donnés. Et c’est pour cette raison que le groupe accueille un nouveau membre Matthias Jabs (né le 25 octobre 1956). C’est donc en 1979 que le groupe comptera ses principaux membres sans changement significatif pendant de longues années et qu’il connaîtra un fort succès: Klaus Meine, Rudolph Shenker, Matthais Jabs, Francis Buchholz (né le 19 février 1950) et Herman Rarebell (né le 18 novembre 1953).

En 1980, c’est reparti pour une nouvelle tournée et un nouvel album Animal Magnetism. Premier gros succès aux Etats-Unis. SCORPIONS devient disque d’or. En 1982 sort Blackout et se vend à plus d’un million d’exemplaires (Etats-Unis). Mais c’est l’album Love At First Sting en 1984 qui va les rendre définitivement célèbres. Dans cet album, on retrouve les très connus Rock You Like A Hurricane et Still loving you. Ce dernier est un slow mémorable pour tous et toutes, le genre de slow qu’il ne faut pas louper si vous avez besoin d’amour … S’ensuit une tournée mondiale et la sortie de l’album live World Wide Liveen 1985. Puis un repos mérité du groupe pendant deux années.

Ils reviennent avec leur dixième album Savage Amusement en avril 1988. Un album peu intéressant, si ce n’est le titre Rhythm of love. Puis en novembre 1990, c’est au tour de l’album Crazy World de voir le jour, avec la célèbre chanson Wind Of Change. Dans cet album, on retrouve également le titre Send Me An Angel, une très belle ballade. Ce n’est plus Dieter Dierks qui produit l’album mais SCORPIONS et Olsen. En 1993, l’album Face The Heat connaît un succès notoire avec notamment la chanson Under The Same Sun mais les fans sont de moins en moins nombreux. Difficile pour le groupe de faire face aux années 90. Leur deuxième album live sort en avril 1995 et s’intitule Live Bits (1988-1995). On y retrouve No Pain No Gain, Crazy World, Wind Of Change, Heroes, In Trance ou encore Rhythm Of Love.

Après cet album live, le groupe s’effrite plus ou moins et se modifie à nouveau. Ralph Rieckermann est le nouveau bassiste et James Kottak, le nouveau batteur. C’est ensemble qu’ils composeront l’album Pure Instint signé sous le label Atlantic mais le son ne parvient pas aux auditeurs. Il en est de même pour l’album Eye II Eye de 1999 avec ses mélodies techno-pop. En 2000, SCORPIONS sort Morning Glory, un album regroupant plusieurs titres joués par l’Orchestre Philarmonique de Berlin. Et en 2001, un album live tout simplement appelé Acoustica.

Il existe plusieurs best-of du groupeSCORPIONS. Le plus récent remonte à 2002. Nous vous en avions déjà parlé dans nos news. Il s’agit de Bad For Good: The Very Best Of The Scorpions – World Box. A noter également un best-of des années Mercury, intitulé Deadly Sting: The Mercury Years, sorti en 1997.

Ce qui a fait en partie le succès du groupe, ce sont de belles mélodies, de belles ballades pour un style plutôt « hard » … et surtout, la voix de Klaus Meine fait toute la différence avec les autres groupes des années 70, 80 et 90 avec sa voix si reconnaissable, si éraillée et sensuelle à la fois. Il est l’âme des SCORPIONS.

Jason Mraz

Jason Mraz, un artiste malheureusement encore peu connu, a découvrir de toute urgence, le risque est de ne plus pouvoir s’en passer…

 

jason mraz

Jason Mraz: 

J’ai eu du mal a décider quelle catégorie choisir pour vous faire découvrir cet artiste des plus talentueux (et qui, je crois, est devenu mon artiste préféré parmi tous ceux que j’affectione), mais qui est encore un illustre inconnu pour beaucoup d’entre nous. Et finalement je me suis dit que je ne peux rien faire de mieux que de vous faire une petite présentation de ses deux excellents premiers albums et de lui-même.

Alors voila, Jason Mraz est américain, Jason Mraz est un song writer singer, son style s’apparente à de la pop folk mais a en écouter ces deux albums personnellement, j’y trouve beaucoup de styles musicaux différents les uns des autres mais qu’il a su marier avec intelligence.

Ce jeune homme né en Virginie en 1977 a suivit des cours de théâtre, et aura la chance de rencontrer un homme (son meilleur ami) qui lui apprendra la guitare… Le petit Jason deviendra grand et joue de la guitare comme un « vrai pro » malgré le fait qu’il n’ait pas commencé dès son plus jeune âge. Il sort quelques EPs, autoproduit ses premiers titres, puis rencontrera son producteur qui lui permet de sortir le merveilleux, le magnifique, le génialissime (je vais certainement manquer d’adjectifs qualificatifs) « Waiting For My Rocket To Come »… Et la tout va s’enchaîner, l’album se fait une bonne petite place, et les titres « You and I Both », « The Remedy » sont de véritables succès…

Personnellement j’ai découvert cet artiste il y a bientôt un an, avec pour première écoute la chanson « You and I Both » que je conseille sincèrement comme première approche. Elle est magnifique et magique, les paroles sont vraiment touchantes, et quelle voix !!!

Forcement ça donne envie d’en connaître un peu plus sur le cas Mraz… Alors il faut enchaîner tout l’album, en passant par les morceaux qui bougent un peu du style: « I’ll Do Anything », « The Remedy », « Curbside prophet », « On love in sadness », et bien sur les morceaux plus calmes, et intimes, « Tonight not again », « The boy is Gone »…

Cet album est tout simplement magique et merveilleux. Jason Mraz a une voix qui vous prend et vous entraîne dans son univers, vous vous laissé « happé » par son talent le plus simplement possible.

Ensuite, si vous avez vraiment accroché, et que vous vous sentez une envie folle d’en écouter un peu plus, alors il vous faut son deuxième opus sortit cet été, intitulé « Mr A-Z », ce tout nouvel album est à la hauteur des espérances des fans, avec tout de même une majorité de titres plutôt calmes, beaucoup de ballades du style « Plane », « Bella Luna », mais toujours des titres plus entrainants tel que « Wordplay », « Geek in the Pink » ou « O Lovers »… Ainsi qu’un duo avec sa petite amie, la non moins talentueuse Tristan Prettyman (une artiste a découvrir également) sur « Text Messaging ».

Il m’est finallement assez difficile de décrire ce que je ressens quand j’écoute du Jason Mraz, il arrive à me faire passer d’un état a un autre (même si ce sont des états dit « classique », c’est toujours trés important de ressentir la musique a un certains point, que ce soit d’un extrême à l’autre), il me fait donc rire quand j’écoute « Too much Food », il me fait pleurer quand j’entend « Absolutely Zero », il est touchant avec « The Remedy » écrit pour un de ses amis atteint du sida, il est « tendance » avec « Geek in The Pink », il est trés difficile a suivre dans « Wordplay » mais sincérement tout ce que je peux vous dire, c’est que je n’ai qu’une envie c’est de le faire découvrir aux autres, à mes amis, à ma famille, à vous… pour que vous puissiez ressentir sa voix et l’état de bien être que l’écouter peut procurer. J’aimerais le voir en live mais pour le moment, je me contente du DVD live « Tonight Not Again live show » sortit en 2004. Car Jason Mraz, en plus d’être un artiste complet et incroyable est accompagné de musiciens tout aussi talentueux, et deux noms sont à retenir: Joel « Toca » Rivera (djembe et choriste) et Ian Sheridan (contrebasse, basse) ainsi qu’un lieu particulier: Le Java Joe’s coffeeshop ou Jason et ses camarades ont débuté.

J’espère vous avoir donné l’envie d’en savoir plus, d’écouter quelques titres de l’un de ses albums, par contre, je me sens obligé de vous prévenir, une fois que l’on a écouté et accroché le risque est de ne plus pouvoir s’en passer…